Recherche

EDC de Dia

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Dia

Cacher

Salve Imperii

[HRP. Visible uniquement par les gens du secteur 3 - Sujet Role Play
Certains ont reçu un lien matriciel, d'autres ne le découvriront qu'en cherchant par hasard sur la matrice.
Il n'y a pas de section commentaire RP excepté en jeu directement (MPs, Discussions...). Les commentaires/étoiles sont donc HRP. Merci !]

Spoiler (Afficher)
Note de l'auteur. Rétrospective écrite par #71032. L'utilisation de la 3ème personne est voulue. L'utilisation subreptice de la 1ère personne ne l'est pas mais après relecture... Cela me semblait malheureux de corriger ce premier jet, aussi j'ai décidé de le conserver tel quel. Pardon pour les quelques formulations simplistes et les erreurs, mais d'après mes relectrices, la moindre correction risquerait d'enlever l'essence du texte. Une musique l'accompagne d'ailleurs.
Numquam morta te salutat
"Celle qui n’est jamais morte te salue"

Le soir même. Après avoir survécu à tant, par chance. Cette chance qui une fois multipliée se fait appeler à tort expérience. Elle relance sans cesse les mêmes simples commandes sur ce deck abimé. Vie. Vie. Vie. Vie. Dia n'est jamais morte. Dia est né en 303. Le 7ème jour de la 3ème heptade en Secteur Marran et depuis lors, n'est jamais passée à trépas. Invisible, puis bien au chaud dans un consortium puissant. Prudente, formée. Elle n'hésite pas à prétendre être sans compétence martiale pour noyer le gnoll. Pacifiste de conviction ou lâche qui s'ignore.

Elle aura pourtant participé à une opération gouvernementale avec ce consortium. Terrifiée, professionnelle, très bien entourée. J'aimais beaucoup Bastos. Elle défonçait une porte d'un souterrain de Marran lorsque pour la première fois, le plasma et les balles lui déformaient un muscle brachial et un sein, trois impacts en provenance du Secteur Deux en guise de baptême. Et ces rustres ne trouvaient qu'à proposer une "cuve thérapeutique" avant que l'outrilienne prenne enfin la relève. Ces fils de pute.

Quoi qu'il en soit hier encore, l'écran affichait une ultime fois...

Moritura te salutat
"Celle qui va mourir te salue"

Deux incursions en secteur Marran. Quatre traversées de souterrains, parmi ces premières. Des blessures, nombreuses. Soignées à chaque fois par une infirmière compréhensive, des meurtres, rare. Dans une mêlée générale, puis deux. Un meurtre isolé, puis deux. La pacifiste a bien trop de temps dans leur nouvelle principauté pour ne pas réfléchir à ces actes.

La chute en avant. Rentrer ? Mourir ? Rester ? Dormir ? Rentrer. Se battre et fuir, les multitudes de faisceaux de lampes militaires se braquent et il est incongru d'imaginer qu'elle a pu les berner. Aussi même elle joue les cadavres un moment dans la salle centrale, jusqu'à danser avec un rat particulièrement laid qui lui annonce de but en blanc :

"Je ne vais pas te tuer. Mais ce soir, tu mourras. C'est terminé".
Moriens te salutat
"Celle qui meurt te salue"

L'idée est excellente, la diversion simpliste. C'est toujours l'exécution qui pêche. On planifie un scénario et finalement c'est le 1312ème qui se réalise. Mais finalement, est-ce bien important ? Le vulcain coule dans ses veines, la douleur n'arrive pas à percer son envie d'ouvrir en deux cette catin avec son neuvopack à décharge.
Addendum : Neuvopack à décharge utilisé par les militaires impériaux pour vider les cuves d'énergie rebelle. Il ne s'agit pas d'une vulgaire glaneuse mais d'une réserviste qui sait ce qu'elle fait.

Enfin un combat honorable. Glasha me manque à cet instant précis mais je fais abstraction pour lui faire honneur. Ils sont deux ou trois fois plus nombreux, mais ça n'a plus d'importance. Ma mort est prévue et ce soir mon lit devient cercueil.

Demain est un autre jour.
Morta te salutat
"Celle qui est morte te salue"

Ma natte a disparu et mes cheveux volent dans le smog. L'agrimensor échappe de mes mains et la simple présence de cette armure m’essouffle. Je suis faible, morte.

Dia est morte. Dia n'est plus.

Je ne suis plus que le clone de cette personne. Et bientôt le clone de ce clone. ça n'a aucun sens. Je n'ai reçu presque aucun message durant la...le.. Tout le monde s'en fout. La mort n'est pas très grave à Dreadcast après tout. Pour moi, elle l'était.
Quae non potest mori te salutat
"Celle qui ne peut plus mourir te salue"

Deux jours ont passé, ou presque. Je ne sais plus. Dia est toujours décédé et je dois, clone fantomatique de cette demoiselle, encaisser l'héritage de ces souvenirs, amours et emmerdes. Dia est morte par conviction, il semblerait. Je tombe de nouveau sur cet uniforme qu'elle n'osait pas rêver d'enfiler. Serais-ce l'honorer que d'oser, en Son Nom ?

Et avec lui, tout fantôme que je suis, m'efforcer de faire perdurer le souvenir de cet être disparu, aussi imparfait et superficiel, fut-il. Tout le monde m'appelle encore Dia. Et ça me brise le cœur d'insister une dernière fois.
Dia n'est plus.

Informations sur l'article

Mémoires
30 Décembre 2019
891√  48 11

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires