Recherche

EDC de Chlore

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Chlore

Cacher

Aestas#02



Ré# la#, fa# fa ré#
Le piano était revenu, comme à son habitude, tandis que celle de picoler à la moindre occasion 
ne l’avait jamais quitté, elle. A peine était-il sorti de la douche que ses pas l’avaient porté,
machinalement, vers sa vitrine personnelle, désormais remplie jusqu’en haut. C’est qu’il y en avait
quand même, des avantages, à son changement si abrupte de genre. Et il n’allait sûrement
pas nier que les vingt centimètres de plus en faisaient partie.
Si ré# fa# sol#
L’eau ruisselait encore le long de son corps, partiellement stoppée par la serviette enroulée autour
de ses hanches, pour rejoindre le sol froid par clapotis irréguliers, le suivant jusqu’à la banquette
faisant face au clavier. Il s’y affala, doigts serrés autour du goulot d’une bouteille d’ambré
attrapée au vol, l’autre main venant récupérer le communicateur préalablement déposé sur les touches.
Pour une fois, il avait eu à faire, ce soir. Pas le temps de réfléchir aux choses qui l’emmerdait.
Ou presque.
Do# fa fa# sol# fa# fa
… Ou presque. Non, il n’était pas passé à côté des nouveaux noms, ajoutés au compte-rendu du centre
de cryo. Faut dire, il s’y attendait. Et à vérifier son TP, plusieurs fois par jour, il aurait eu
du mal à les rater. Ouais, ça l’avait emmerdé. Et ouais, c’était la vie. Certains partaient, d’autres
arrivaient, et quelques-uns restaient. Lui faisait partie de ceux qui restent, qu’il le veuille ou non,
quoi qu’il ne restait pas intact. Et à ce moment précis, ses pensées lui faisaient bien ressentir
qu’elles ne parlaient pas que de ses changements, de genre ou de génome. Non, à l’intérieur non plus,
il n’était plus le même.
La# ré ré# fa ré# ré
Dans un soupir agacé de ses propres réflexions, Chlore vint dégager le bouchon de la bouteille, le
laissant tomber à terre sans le moindre intérêt. Après tout, entre ça et la flotte… Il rangerait
demain, quand il rentrerait. Quand bien même il repasserait chez lui. Il se redressa, mollement,
tandis que le levé de coude pour s’offrir une copieuse rasade d’alcool était bien plus motivé,
lui. Pendant quelques secondes, il se dit qu’il n’y penserait plus, à tout ça, avec deux – voire
trois – gorgées de Skiwi… Jusqu’à ce que son regard se pose sur son avant-bras.
Ré# la#, fa# fa ré#
Là, sur sa peau et dans sa chair, il y avait son nom gravé, autrefois. 
Chlore, en toutes lettres, capitales de par leur typographie et leur symbolisme, désormais
remplacé par une absence pas moins emplie de sens, elle aussi. Il aurait eu tendance à dire
qu’il n’avait plus besoin de la moindre estampe, pour se rappeler qui il était, qu’en une année, il
avait eu le temps de l’apprendre… Tout comme il aurait souhaité pouvoir affirmer que Chlore
n’avait pas connu la moindre variation intérieure. Que la gamine des débuts et l’homme actuel ne
formaient qu’une seule et même personne. Que quand bien même il aurait perdu en naïveté et en
idéalisme, il était toujours cette gosse qui se voulait généreuse sous ses jurons et son parlé mal
articulé, dans la carrure d’un type d’un mètre quatre-vingt en costard-cravate.
Si ré# fa# sol#
Et pourtant. Au fond, il savait bien que tout ça, toutes ces similarités
qu’il se cherchait avec lui-même et s’inventait parfois, n’était que ramassis de mensonges.
La Chlore des premiers jours s’était dissipée, perdue dans un smog un peu trop épais pour
finalement s’envoler avec lui quand il eut daigné se lever. Elle, elle avait eu ce côté utopique,
cette certitude qu’avec espoir et honnêteté, on pouvait s’en sortir au sein de cette ville, que la
bienveillance qu’elle souhaitait témoigner à autrui lui serait forcément retournée. Que le pire qui
pouvait lui arriver, c’était la solitude.
Do# fa fa# sol# fa# fa
Il pesta, entre deux nouvelles gorgées d’ambré. C’est beau, l’innocence de la jeunesse, mais
c’est tout autant pathétique. Et ça durait encore moins longtemps qu’une bouteille à moitié pleine.
C’est qu’il y a de ces choses qui se consomment, se consument plus rapidement que d’autres,
et cette confiance aveugle en faisait partie. Non, il n’avait plus rien à voir avec l’infante
aussi perdue que déambulante, que ce soit au sein de la ville ou au creux de sa tête. Lui s’était
révélé méfiant aux premiers abords, et avide à chaque occasion, sous couvert d’une soit-disant
survie, qui se voulait plutôt vie confortable et affluente.
La# ré ré# fa ré# ré
- Et merde !
Quelques notes résonnantes – et davantage de contemplations irritantes – plus tard,  le goulot
de la bouteille lui avait échappé, et la voici qui s’éclata au sol, en un fracas sonore qui lui
fit définitivement quitter ses pensées. Il se rassit sur un grognement loin d’être feint, regard se
portant dédaigneusement sur les dizaines de petits morceaux de verres, répartis sur le plancher,
brillant sous la lueur des néons, au centre de leur flaque d’alcool luisante elle aussi. Ça allait
être une plaie à nettoyer, ça. Mais pour ce soir, il s’en foutrait. Comme des noms sur la liste des
cryogénisés, comme de l’ancienne Chlore, comme de ce putain de piano.
Ce soir, il avait mieux à faire.
Et ce soir, il n’aurait pas le temps de penser à toutes ces conneries.




···




Spoiler (Afficher)
Inutilisable en RP.

Spoiler (Afficher)
Comme toujours, un gros merci à ceux & celles qui prennent le temps de lire et d’étoiler ces articles, ça fait chaud au cœur ! Aussi, navrée d’avoir autant massacrées les notes, hein, mais pour ma défense, j’ai fait ça à l’oreille, à deux heures du mat’. Et c’est tout pour moi, au plaisir ! ~

Informations sur l'article

- Aestas -
07 Mai 2022
46√  2 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire