Recherche

EDC de Asajj

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Asajj

Cacher

8. Un air de piano

Elle fraya son chemin à travers les halos de lumières tamisées qui habillaient avec légèreté le parquet vernis de la grande salle. Il ne suffisait que d’un regard glissé sur la silhouette blonde au sein du cadre uni formé par les comptoirs pour faire de ses sorties nocturnes une habitude. Une main attrapait son chapeau, l’autre écartait machinalement la chaise du comptoir, un index levé pour sa commande, l’habitude se creusait à travers ces petits détails et gestes répétés qui donnaient à ce lieu l’atmosphère et le confort d’une maison.

Les vagues mélodiques de jazz coulaient et s’imprégnaient dans les murs et les meubles. Il n’y avait plus de jeu d’apparence en cet endroit, plus d’arrière-pensées ou de plans incertains pour obtenir ce qu’elle voulait de quelqu’un. Il ne restait plus que lui, qui captivait son regard gris, qui faisait lui-même parti des meubles, de l’ambiance, de la musique. Il voguait au-delà des autres dans un monde qui ne ressemblait plus au sien.

Dans cette pénombre de scène, on pouvait également trouver un clavier parsemé de touches rayées par les doigts et le temps. Ce fut sa première trahison. Elle en caressa les touches d'une main devenue frêle, venant baiser du bout de ses articulations dénuées de pulpes la mêlée de noirs et de blancs. Elle se perdit dans une ère figée, jouant d'un toucher arborant une exactitude lascive, nouée au rythme palpitant de son cœur encore humain. Elle veilla là sur l'orchestre grandissant, le cul tannant le velours d'un tabouret sans âge, et se perdit dans des moments qui lui arrachaient les poumons à force de ne plus se laisser respirer.

Elle se revoyait belle, le regard de Kuma chevauchant sa nuque et ses épaules, flottant par-dessus elle et sa musique sans savoir s'en rapprocher. Et puis leurs étreintes dans le lit d’un petit appartement qu’ils ne pouvaient pas s’acheter.
Le tout quittait scrupuleusement sa sale tête pour aller se réfugier dans les accords chantant du piano. Elle médisait le moment où il faudrait lever le pied de la pédale, se tourner vers le blond, et se réveiller dans la réalité en laissant derrière elle une envolée de tourments…

… Glissant du noir au blanc.



Spoiler (Afficher)
Un petit hommage au passé de ma cyborg, beaucoup l'auront compris maintenant, elle n'est pas d'un très jeune âge. Je voulais faire une mise en page simple, sans images, sans musique, juste quelques mots... comme au bon vieux temps. Un grand merci aux JD de son passé même si je doute que vous vous reconnaissiez à force de rename (mis à part le/les personnages cités). Un gros bisous et de bonnes vacances à tous. ET OUI encore un article nostalgique à coup de piano. Lassez-vous après la courte lecture !

◊ Commentaires

  • iSQruI (182☆) Le 07 Juillet 2017
    Comme par hasard, l'un des endroits où je squatte.


    "Elle fraye son chemin dans le gratte ciel, une odeur familière et les murs froid la guide à travers le couloir. C'était l'appartement du fond, elle se souvenait de tout. [...]"
  • Eaven (705☆) Le 07 Juillet 2017
    Le trou au coeur, encore.
  • Asajj (796☆) Le 08 Juillet 2017
    @ID62851 Oui... C'est celui là ! Si t'as envie de détails sur la gueule de l'appartement... Enfin surtout sur quelques gravures qui existent sur les murs, MP.

    @Eaven Je préfère ton petit coeur sans trou, ma rouge. Merci.
  • Kambei (278☆) Le 11 Juillet 2017
    "Après ça, elle a joué au piano et... j'ai gardé l'enregistrement, tellement c'était beau. Je te le ferai écouter un peu plus tard (...)"
  • Manerina (1497☆) Le 03 Août 2017