Recherche

EDC de Aram

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Aram

Cacher

Conquête de Galibran - I Le Crépuscule des Vivants. (Non référencé)

Journal ID#68410

JOUR 2 au petit matin

Je me décide enfin à relater ce que j'ai vécu hier. A la fois toute excitée par ce que j'ai pu voir et ressentir face à ce qui m'a toujours semblé être innacessible mais aussi pour ne pas oublier. Oublier ? peut-être ne peut-on pas oublier ! je ne sais pas mais je me décide à relater ce bout d'existence si insignifiant soit-il au regard de ce que l'histoire a pu écrire depuis toutes ces décennies enchaînées. Aram

Le 3/332.5.
Nous arrivons tous les uns après les autres au lieu de rendez-vous. Deux manquent à l'appel pour le moment. Il est 21:45.
L'ambiance semble calme en apparence mais la tension reste palpable.
Alors que Flÿnn fait de l'humour : "Fin prêts pour une mort imminente ?" -phrase qui me fait encore froid dans le dos- certains restent silencieux et immobiles pendant que d'autres vérifient leurs sacs.
Chacun semble avoir conscience de l'importance de ce qui va suivre, sauf moi peut-être. Je suis là, au milieu de tous ces combattants aguérris, sans aucune expérience, incapable de prévoir l'impensable, si bien que je me bouscule dans une forme de mimétisme, écoutant en scrutant ceux qui m'entourent, vérifiant mon sac à plusieurs reprises -ne sachant même pas ce que j'y cherche-, le soupesant aussi -comme si ça allait changer quelque chose-.
Les échanges entre les plus à l'aise d'entre nous me laissent faussement impassible. J'ignore réellement qui est Alec. Iormum ? déjà croisée, une fois -une grande brune si je me souviens bien-
Rendez-vous à la Porte Sud-Est, d'après ce que Zélie affirme alors que Flÿnn s'interroge sur le fait de laisser ou pas les défenses se déclencher avant notre passage. Il semble peu certain sur notre facilité à courir avec cette armure. Armure qui me cinde le corps - pas qu'elle soit inconfortable, je ne dirais pas ça mais cette sensation d'avoir les articulations entravées me dérange sérieusement, j'espère simplement que ça va passer et que je vais pouvoir m'habituer -. Je note que bondir serait l'idéal. A voir quand j'y serai. -bondir ? ouais, mais comment faire ça ! Bref ! je verrai bien, détends-toi Aram !- Faut que je parvienne à faire corps avec elle, qu'on s'apprivoise. -pff ! s'apprivoiser, j'suis dingue d'envisager d'apprivoiser quoi que ce soit avant même d'avoir fait un premier pas vers cet ailleurs qui, je le sais, est mortel-
-Bon ! bonne nouvelle, enfin si j'en crois Flÿnn- La brune là, elle devrait pouvoir retarder ce truc qui semble le tracasser, avec ses accréditations 5. Il dit que ça va le faire -je me rassure- d'autant que Klëpp ajoute trois mots : Cohésion, analyse, décision. -suis pas trop conne, jusque là suivre un schéma ne devrait pas me poser de problème-
La situation brûlante est rapidement balayée par un appel nous tirant vers l'exterieur. Quitter cet avant-poste marque le début d'un ailleurs que j'ai hâte de découvrir mais pas vraiment, étrange paradoxe.
-Et, quand je regarde les autres, c'est franchement quelque chose, chacun flexe pour tenter de dompter cette armure qui ressemble plus à un vrai cercueil métallique qu'à autre chose-
Porte Sud-Est :
Point de regroupement, je lève les yeux, spectacle étonnant, -et encore que !-
La grande porte scellée au sommet quasi imprenable est là, face à moi. -Non pas que je n'y ai jamais fait attention mais j'avoue ne pas l'avoir envisagée sous cet angle là. Curieux parfois cette manière que l'on a de se soustraire de certaines choses quand on ne fait que les effleurer
La grande brune est là, les vieux la saluent, moi je ne fais rien. -suis pas là pour être polie, faudrait juste que je me détende, bordel !-
Elle nous observe longuement de son regard inquisiteur alors qu'elle est postée avec à ses côtés, huit hommes en combinaisons, armurés et équipés. D'un hochement de tête, elle s'approche de notre groupe, tendant une main. Main que j'observe et qui rejoint celle de Zélie, scellant un engagement qui m'échappe encore.
Elle parle d'adieux. -parlerait-elle pour moi précisément ? La paranoïa s'invite maintenant- Pas indispensables à la Rebellion ! -ah ouais ? peut-être oui mais bon comme beaucoup hein !- Je fais la moue alors que mon casque me dissimule de tout regard, -suis en tête à tête avec ma moue, j'vais pas commencer à râler, on n'a même pas bougé encore, quelle chieuse !-
Des adieux. -Elle a parlé d'adieux, je ne peux pas ne pas les contacter- Je ferme les yeux, mon implant se charge du reste sauf que j'attends encore avant d'expédier -et si je ne faisais pas l'affaire ? et si je me dégonflais ? j'attends, le message en suspens .. Bref! ascenseur émotionnel en marche-
La Phylène ramène ses cuissots et Le Larkam sa petite carcasse. -sont tranquilles les deux-là inconscients ?-
Phylène c'est quelque chose, elle marmonne en permanence entre ses babines, -bien trop vieille pour être lucide celle-là, j'vais la surveiller, Larkam déboule en balançant un "oui-oui", -il double tous les "oui" et les "non", j'ignore pourquoi il encombre ses phrases ainsi, on verra ça à mon retour, cette manie doit bien signifier quelque chose-
Un monde s'offre à nous :
Après une phrase de motivation : -j'en suis pas à relever la formule en vrai, à cet instant j'm'en fous comme de ma première culotte, j'ai juste envie d'en finir - "L'avenir est entre nos mains. Ne trainons pas."
La grande brune s'attarde un instant pour approcher l'interface holographique à côté des portes. -Qu'est ce qu'elle se tient droite celle-là!- devant cette interface, j'ai cru comprendre qu'elle a activé un module à son cou puis à son poignet. -suis pas certaine de ça, elle est encerclée par ses hommes de mains
Quand à ma grande surprise, une voix d'homme s'extirpe des tréfonds de sa gorge. -Les mots qui ont suivi sont ouf, elle a dit, tu me crois si tu veux, elle a dit : "Hujan Enclism, Accréditation 5. Effacement des données visuels sur la dernière heure. Contrôle de l'entité Majeure non requise." déclenchant ainsi l'ouverture des portes dans un grincement et une alarme d'ouverture qui me font encore froid dans le dos-
Les portes laissent un passage suffisant pour que nous puissions nous engager et au bout de ce SAS ; la liberté nous tend les bras, sur un smog rouge. -C'est décidé, j'envoie mon message. Si je ne parviens pas à l'expédier, ça va me faire chier pendant toute mon expé et je me connais ça va être l'enfer puissance dix milles- 🔈
Sortie du Sas qui se referme instantanément après notre sortie :
Une fois la porte sectorielle passée et fermée, j'ai ma nuque qui s'est fichue à me démanger comme jamais, une sale sensation de lourdeur couplée d'une douleur sans appel puis plus rien. -Mouais, bon et bien, nous y sommes-
On est tous là, accompagnés des neuf turings, quand s'offre à nous une vision d'horreur ; un immense charnier où les cendres et les corps se sont ammoncelés au fil des années. Le smog est sacrément bas, la vision s'en voit réduite. On ne perçoit que ces halos de fumée s'élevant lentement pour se fondre très rapidement. -Et même si le calme est habituellement mon ami, je le déteste aujourd'hui, tellement- Calme que j'oublie quand la brune nous tend des oreillettes pour être en lien avec Le reliquaire, qu'elle dit. Zélie parle d'une certaine Allyn. Je ne parviens pas à les suivre dans leurs échanges mais peu importe, je l'installe. Le reliquaire et Allyn seraient une seule et unique personne, une turring également douée en hacking. -je note cette info quelque part, sait-on jamais-
Dès l'installation, un essai réception est lancé -j'HaLLuCCine, au bricolage de l'installation, y a un petit écran holographique intégré qui apparaît, t'vois ton interlocuteur, c'est TOP, j'adore-
La grande brune insiste bien sur le fait qu'une fois décelés par les BIC, ils estiment que nous disposerons de 96 heures pour détruire la Tour. Elle ajoute qu'une fois ce délai passé, nous avons un risque que Nexus agisse.
Flÿnn, -alors lui, il est tranquille, on voit le mec habitué à ce genre de situation- Il ne perd pas de temps et discute avec la grande brune, restant bien concentré sur le cadre de la mission tout en s'interrogeant sur le plan à voix haute.
Le plan :
"Il faudra atteindre le bureau de Calver. Une fois atteint, il devrait y avoir le nécessaire pour déclencher sa destruction. L'équipe A s'occupera de faire diversion en surface pendant que vous passerez par les galeries. L'autre établira l'avant poste un peu plus loin. Des renforts turings arriveront dans 48 heures. Nous nous séparerons une fois en Galibran. Reliquaire restera notre intermédiaire et votre soutien si vous rencontrez des problèmes, Surtout pour le Centre de clonage. Apparemment, On a ses coordonnées approximatives. " - Okay, okay ! si tu le dis. Mais là, c'est bruyant plus loin, s'passe quoi ?- Je cherche du regard rapidement et aperçois le smog qui se teinte d'un hale orangé. -ça pue je crois !-
Tout le monde s'élance, y compris moi -tu parles! je n'ai rien compris- la traversée du charnier est une galère sans nom. -Certitude, cette armure, c'est réellement la merde pour courir, j'le crois pas, p'tain et excellente nouvelle, il pleut, oui, oui comme dirait Larkam, ça flotte, ça colle- On galère, l'air se réchauffe, j'le perçois et pourtant cette armure me protège. -Je dois passer ce charnier, il le faut! cours Aram mais cours bordel!- Je poursuis plus loin me rapprochant des vestiges du mur nord de Galibran et heureusement ; puisque derrière nous, des flammes se déversent réchauffant l'air rapidement atteignant une température probablement atroce.
Je ralentis, le danger étant écarté, pour m'arrêter et reprendre mon souffle aux abords, admirant la coulée de napalm dans nos dos. Il faut repartir, le danger est écarté, les murs ébréchés de Galibran s'esquissant peu à peu. Tout d'abord, une ombre imposante et puis au fur et à mesure, les détails s'incrustent dévoilant la faille étroite du mur, jonchée de gravats avec le smog bien plus épais sur cette portion.
Iormun s'arrête aux abords de la brèche avec ses compagnons, coulant un regard vers nous -je la vois, elle porte une main à son oreillette, elle va nous causer, je reste attentive-
"- Reliquaire, statut de Galibran
  • Galibran est mobilisé, des patrouilles sont en place. Je reste prête pour la suite."

Des échanges s'engagent, je ne saisis pas tout, j'observe tout autour de moi, et surtout cette brèche, levant les yeux. -Les bics- on va surement en croiser, -je me demande bien à quoi ils peuvent ressembler ceux-là-, e mot Pragar me déclenche des frissons, frissons qui s'installent et ne disparaîtront que très longtemps plus tard -quelle merde! j'ai la trouille bordel ! vite mes azmats, me les faut, j'suis pas en visite, moi, faut que je me ressaisisse mais vraiment . Aram, merde !-
La jungle, -voilà faut que je me concentre sur la jungle, avance p'tain ! Ecoute Flÿnn et avance, arrête de t'parler aussi - concentre-toi !-
J'ai Neurine à côté de moi, elle gère, tranquille alors que je tremble comme une feuille.
Plus on progresse, plus cette brèche présente un terrain peu praticable. Les gravats se sont accumulés avec le temps et proposent un excellent tord-pieds, si je ne regarde pas où je les pose. -un truc de plus à surveiller, je ne vois pas réellement ce qui nous précéde, c'est gênant, je déteste cet endroit mais vraiment-
Alertée par mon oreillette signalant des mouvements vers l'avant, je me hausse cherchant à percevoir mais en vain, mes coéquipiers en amont me masquent la vue - continue de surveiller tout autour ma belle, continue !-
Je m'immobilise à l'ordre intimé par Flÿnn balançant un signe d'une main derrière lui. J'ai l'impression qu'il vérifie quelque chose. -Ah !on reprend notre progression Des nouvelles me parviennent par cette oreillette :
" 6 hommes, plus.. Je vois pas bien. S'ils se tirent en courant on les flingue, ils ont peut-être des infos. "
Quelques échanges, je reconnais la voix d'Isaac : " Ils ont l'air d'être sur leurs gardes ?"
Neurine, elle ne plaisante pas, le clic d'armage de sa sulfateuse me fait prendre conscience que possiblement ça va chauffer.
Les échanges s'éternisent : "On pourrait envoyer les plus discrets d'entre nous pour les neutraliser non ?" alors que nous sommes à leur portée et qu'ils sont à la notre.
Flÿnn se ramène tranquillement, la démarche assurée, interpellant les individus qui discutent, -genre, z'ont rien vu-. Il évite d'être hostile dés le début bien que l'avertissement soit lancé : "Le premier qui fait un geste maladroit sera exécuté sur place."
Mon regard se perd sur ceux qui m'entourent, j'sais pas trop ce que Zélie fabrique, je la vois, puis plus. Larkam lui, a déjà le doigt sur la gachette, faute de faire oui, oui, il va nous faire une gros Pan! Pan! j'le sens. -reste-calme Aram, t'as peur de rien et lève tes azmats-
Oula, y en a deux qui saisissent leurs armes, un réflexe de combattant, bien j'en prends un en ligne de mire -le moinde geste, je le plombe- Larkam me suit dans ma démarche tout comme Isaac au final.
Etat de la situation, deux mecs armés, le reste les mains en l'air -ça passe techniquement-
Phylène, qui a tendance à renifler partout, se dirige vers un pisseux arrosant le pied d'un arbre en riant -sont complètement allumés ces mecs, j'sais pas d'où ils sortent sérieux- Elle le neutralise de son air tout flegme pendant que Neurine semble chercher si d'autres ne sont pas cachés par là. Rien.
Un échange sans fond s'engage entre Flÿnn et les "campeurs" qui restent immobiles, comme figés, attendant quelque chose peut être. Finalement, l'un d'entre eux prend la parole. -C'est ça un BIC ? je vois, je vois !-
Flÿnn en profite pour les fouiller à la recherche de moyens de communication mais il ne trouve rien de bien intéressant, si ce n'est un radio sans pile, qui sera récupérée par Larkam, l'échange se poursuivant dans une incohérence complète. -Ils se baladent avec une radio mais ils ont oublié d'y foutre des piles, les gros nazes-
Ils disent avoir pris le chemin de ronde et sont armés de malheureux pistaclous.
Tout était bien tranquille, ça tente d'établir une liaison, quand le pisseux se décide à faire un truc insencé : s'enfuir -bah il est mort! RIP - Une phrase est lâchée par un : "Euh ben... Non ? Si Calver nous choppe, on aura le cul arraché" , j'écoute, restant attentive. -pas grand chose de plus à faire t'façon. Il ne plaisante pas le Calver-
Ils nous prennent pour des SAMUS -Les armures qui nous qualifient ainsi, surement- Simple observation, vocabulaire limité, insulte de base : "espèce de con de ta mère le pragar en rûte et bouffeur de bite".
On se concerte, les discussions stériles vont bon train, l'agacement l'emporte, ils seront tous dézingués.-Et bah ouai, y a un moment, faut se décider-
Reprise du cheminement après avoir sécurisé le détonateur, trouvé au sol par Phylène lorsque son pisseux l'a laissé tomber. Détonateur qui devait probablement déclencher des sacs posés près de la brèche que je n'ai aperçu qu'en passant à proximité.
On décide de reprendre notre route abandonnant les BICs morts près de leur feu de camp juste après avoir laissé Phylène nous faire un numéro de mise en scène post mortem.
La jungle :
Je n'ai jamais vu un truc pareil, je reste à observer, fascinée par l'apparition de cette jungle boueuse, noueuse de racines et véritable labyrinthe d'arbres dont on ne voit pas la cime se dressant devant nous. Cette fascination est interrompue sans tarder par l'intervention de mon oreillette :
"Reliquaire à Orion, les équipes sont lancées. Vous êtes seuls à partir de maintenant. Faites signe au besoin."
Zélie organise la suite de l'évolution : "On doit rejoindre le centre de clonage, avant que la nuit soit trop avancée."
J'enclenche ma vision nocturne en tapotant sur la console de mon armure et évolue au même rythme que mon groupe. C'est dingue, les arbres sont si hauts et le smog quant à lui est bien bas en cette soirée. Ca oblige une prudence certaine, la visibilité n'excédant pas les 25 mètres je pense. Le sol quelque peu boueux colle aux bottes et les flaques d'eau sont nombreuses. Le silence règne. -La faune serait-elle absente ?- Je reste sur mes gardes.
Après avoir traversé quelques dizaines de mètres vers ce qui semble être un point d'eau, nous abordons une sorte de petit court d'eau qui semble s'écouler naturellement.
Flÿnn nous rappelle que c'est le point d'eau dont ils parlaient, à la dernière sortie, ils sont passés par là aussi, il ajoute qu'il a dû apparaître après les inondations. -Ils ? mais qui ils ?-
Phylène décide d'envoyer son robot en reco, la visiblité étant réellement difficile. Mission : Contrôler la zone dix mètres devant dans un rayon de 30° et rendre compte des obstacles -enfin ça c'est ce qu'elle commente, elle commente tout ou presque Phylène-
La zone semble tranquille de toute façon -je fais ma vie en cherchant si rien à ramasser pour le CE-
J'observe Isaac qui remplit des bocaux, tantôt avec de l'eau, tantôt avec de la terre -j'sais pas trop ce qu'il fabrique, pourquoi il fait ça mais je ne me formalise pas réellement-
A force de progression, on va tous s'immobiliser en pleine béatitude devant un arbre massif d'une largeur assez conséquente. -voici un cliché que j'ai pris-
Il semble former un espace conséquent et est séparé des autres arbres de la jungle. La cime se perd dans le smog, la hauteur est de ce fait difficile à estimer mais de par sa taille, nul doute qu'il s'élève assez haut, je pense.
Je décide de fouger le sol pour tenter de trouver des graines, un quelque chose se rapportant à cet arbre immense. Mais Rien, si ce n'est que le tronc ne semble pas creux. Cependant, les racines semblent avoir tracé au fil du temps quelques petites galeries idéales pour servir d'abri pour une ou deux personnes en position allongée. Les environs sont plutôt calmes et nos scruteurs ne remarquent rien pour l'instant.
Après demande de renseignements auprès de reliquaire, il est alors décidé de dormir dans ces galeries pour la nuit ce qui nous garantirait un certaine sécurité. Juste, un Manticore de signalé plus loin à l'Ouest - quoi juste ? va pas Aram! tss- .
On passera la nuit ici, avec des tours de gardes enchaînés -j'ai du mal à m'endormir, suis inquiète, pas vraiment de bruits mais ce silence me bloque. Mon deck affiche 1:46. Faut que je dorme absolument-

Spoiler (Afficher)
HRP : Consultable IG uniquement si accès donné par Aram - Du coup, possiblement inconnu de vos personnages

Informations sur l'article

La plume dans le caniveau
04 Octobre 2021
24√  1 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire