Recherche

EDC de Amaryllis

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Amaryllis

Cacher

Learning

Spoiler (Afficher)
Article écrit il y a un moment. Avant tout le bordel ambiant dans lequel ma pionne et moi adorons patauger ! Un peu masochistes sur les bords mais il faut bien ça pour trouver l'inspiration.
Du coup, en espérant que mes coups de crayon/brouillon vous plaisent
L'avènement d’un plan, une esquisse partant de la main baladeuse d’une jeune ou vieille plumée criant sa créativité sur papier. Des feuilles vierges ne demandant qu’un coup de crayon pour se voir resplendirent, désireuses d’un avenir où des regards curieux les admireront. Lunettes sur le nez, d’apparat, cela fait longtemps que le calibrage a réglé ses problèmes de vu. Mais elle les garde par habitude ou mélancolie, c’est une question qu’il faudra lui poser. Donc, ses binocles au bout de son nez, elle les redresse d’un geste sûr, ses doigts guidant la monture plus proche des yeux. Ses paupières clignent plus vite, se redressant pour observer une lampe diffusant une onde lumineuse au dessus d’elle. Sa main vient en couvrir les rayons en partie, l’autre retire la paire de verre pour les astiquer, son pyjama lui servant comme d’un chiffon. Une fois fait, la blanche dépose son outil contre son bureau, ses bras passant au dessus de sa tête pour s’étirer d’un mouvement félin, flemmard. Ses pupilles se pose un peu plus loin, sur l’homme en train de dormir dans le lit, les plumes duveteuses du couple le camouflant à moitié. Elle sourit. Son espace et sa maison lui conférait protection et liberté. Feinte sans doute, mais elle ne demandait pas mieux pour le moment. D’un geste lent, sa chaise roule contre le sol, puis ses jambes prennent la relève, l’entrainant vers son admiration nocturne pour se pencher à ses côtés. Sa chevelure glisse sur son visage, camouflant ses traits comme ses lèvres, offrant un délicat signe d’affection marital à l’endormi. Elle se redresse après l’avoir vu sourire dans son sommeil, ses rêves semblant bien beaux face à si peu. Par mégarde, ses deux rubis se perdent sur la rampe non loin. Une rampe de plongée. Elle fait le tour du lit, longeant pour arriver proche de l’installation. Cablée, un moniteur à l’arrêt, le dossier d’acier, dur et semblant inconfortable se fait gratifier d’une caresse calculée.
{IRC_Think} Bientôt… à nouveau…
Elle repense à toutes ses années. Une vieille encore jeune. La vérité lui fait bizarre, elle qui a tant appris, qui a encore tant à apprendre. Son avenir n’est plus incertain. Elle compte devenir quelqu’un. Pas pour les autres mais pour elle. Elle participe à des projets communs, aux siens, sans en dire plus, elle a un potentiel encore insondé. Surement qu’elle veut plus. Mais elle avance à son rythme. Et au délà de la reconnaissance sectorielle, elle trouve du réconfort lorsque son communicateur ou plutôt son implant neural lui signale qu’on la demande pour diverses taches. Production à l’usine, consultation médicale, urgences, réunion, visite de famille, protéger le SAS… et notamment, ce genre de demande :
{IRC_Entry_Name_?} Je veux apprendre. Vous pouvez m’aider ?
Un sourire vient fendre son visage lorsqu’elle ressent ces mots. Ressentir, car la particularité d’une communication neuronale, c’est que les messages ne se lisent pas à proprement parler. Il s’affiche dans votre esprit comme une évidence. Au début, il suffit de fermer les yeux, de se concentrer pleinement sur le destinataire et la file de demandes qui inonde votre cerveau. Puis fouillez. La mémoire est vaste. Puis on finit par s’y faire. C’est comme lire dans des pensées. En recevoir et en communiquer. C’est ce que fit la blanche, écrire ses pensées lors d’un léger clignement de paupières, à peine perceptible, ses paroles pouvant traverser la barrière de ses lèvres en même temps que son cerveau pouvait être en ébullition :
{IRC_Me_Name_?} Tout dépend. Que veux tu connaître ?
Ses lèvres remuent doucement, prononçant les mots alors que ses pensées traversent la matrice pour arriver au demandeur. Elle n’avait jamais eu besoin de le faire. D’ailleurs, elle n’avais jamais eu besoin de s’y habituer. Elle avait battu le record de son époux en ne mettant qu’une heure, explications comprises, pour maitriser sa nouvelle faculté. Ses doigts cessent de caresser son destrier de fer, préférant y prendre place. La peau nue de ses jambes frissonnant au contact du métal froid, quelques plumes se redressant dès son assise. La chair de poule remonte le long de son échine pour toucher sa nuque, son écrin de connexion brillant au même instant, les diodes implantées aux alentours s’allumant. Pur effet esthétique, la vautoure savait bien avant qu’elles ne luisent qu’un message lui était parvenu.
{IRC_Entry_NA _?} Ca dépend de ce que vous pouvez m’apprendre.
Un long rire vient couvrir le silence environnant, remplaçant la torpeur installée par un éclat neuf, bienvenu. Ses lèvres se font aussitôt couvrir par sa main, camouflant son hilarité pour redonner toute puissance au calme de la nuit. Elle jette un oeil au vautour camouflé sous les draps qui marmonnent des mots inintelligibles avant de se tourner, se tassant un peu contre l’oreiller, de légers sifflements signe d’un repos digne des vautours reprennent. La plumée laisse son dos épouser la rampe dans un geste soulagé. Une fois le sourire effacé, sa main récupère d’un geste habitué un cable datajack, posé non loin. Lentement, elle le dirige le long de sa nuque pour l’insérer la où se trouve l’implant, le connectant dans un CLAC sonore, caractéristique. Elle soupire un peu, plutôt d’aise. Les lumières du plafond la gêne. Sans un geste ni une parole, la luminosité s’abaisse lentement pour devenir acceptable, tamisé, un véritable cocon apaisant. Ou un nid. Elle ferme les yeux.
{IRC_Me_Mentor_?} Je pourrais tout t’apprendre.
Et sans même attendre de réponse, son esprit s’en va, partant plus loin, dans les tréfonds de son monde, se faisant engloutir dans un tourbillon de sensations colorées. Les données filantes, des enchevêtrements de 0 et de 1 formant des suites logiques, lecture qu’elle a Et c’est là que la réponse ne tarde pas.
{IRC_Student} Je serais votre apprenti.
L’avatar sourit, apparaissant à l’écran du NA sans le saluer, un sourire carnassier et pourtant doux planté sur le visage.
{IRC_Amaryllis} Je serais ton mentor.

Informations sur l'article

Plonge Yin
16 Avril 2019
279√  11 10

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires