Recherche

EDC de Agramf

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Agramf

Cacher

Gris et Rose

Cliquez sur [cacher], tout en haut à droite, pour une lecture plus confortable
Une femelle orc était morte ce soir, un repère avait disparu pour le troll, par amour de ce qu'il savait, par lassitude peut-être aussi. Ses raisons importaient peu maintenant.
Le troll était dans une de ses propriétés, la dernière achetée à un elfe du Sud, en guise de soutien à ce qu'il restait d'activité délinquante et criminelle dans le secteur.
L'elfe était mort lui aussi d'ailleurs , la veille, malgré les largesses financières qu'Agramf lui avait accordées à lui et son acolyte. La criminalité avait disparu depuis longtemps maintenant. Celle qui prospérait et qui se faisait respecter. Et l'on avait parfois l'impression que les petits métiers du crime léger, du vol, de l'extorsion respectueuse et courtoise disparaissaient à leur tour doucement sous l'autorité totalitaire et déclinante d'un secteur tout aussi déclinant.
Quelque fois il se demandait si il ne serait pas salutaire d'embrasser cette carrière, ne serait-ce que pour un temps, par principe, parce que ce secteur d'activité était si précieux pour la vie en Secteur Marran.
Assis dans son lit, calé dans l'angle nord-ouest de la pièce Agramf s'étais encré le dos bien comme il faut dans cet angle.
Les trolls étaient des murs organiques en quelque sorte, et, même si c'était rare, lorsque la fragilité se faisait sentir, qu'une brique se descellait, qu'un peu de ciment s’effritait, c'était presque un réflexe instinctif de se blottir entre deux murs, rassuré par ses semblables, certains que eux étaient pire que des congénères de première génération, primaires, ils ne vous casseraient pas les couilles, ne parleraient pas mais vous donneraient tout leur appui sans jamais faillir. Comme la fragilité dans la tête, ce réflexe devait lui aussi être un héritage des gênes humains car tout le monde se blottissait quelque part dans ses moments là.
D'habitude il avait sa petit naine, c'est elle qui se blottissait mais c'était tout comme, elle râlait un peu puis lui faisait des tendresses, et ronflait ensuite sur lui. De quoi vous donner le sentiment d'être utile en cas de doutes à ce sujet, ne serait-ce qu'en tant que matelas de luxe, toutes options, qualité Armacham garantie, à disposition de la patronne. Que demande le peule nom d'un petit nain !
Mais elle avait tellement travaillé, tant d'années, qu'elle se permettait une période de sommeil prolongé, allongée constamment sur le canapé de la Dreadcastienne. Elle lui manquait, elle se réveillerai tôt ou tard il le savait.
Ce soir personne sur le matelas troll. Agramf louait donc le béton dans son dos à cet instant, bien au chaud, confortable, sa bouteille de skiwi à la main, tentant de faire taire toute forme de réflexion dans son esprit ou dans son ventre.
La ruse pour l'aider dans cet objectif avait été d'allumer la télé, parce que le silence de la pièce vide était bien gentil mais bon... Un épisode de Colombgnoll commençait juste quand il avait allumé le poste, et le vieux gnoll était tombé à pic ce soir. Agramf n'avait jamais vraiment prit au sérieux ce truc. Un inspecteur gnoll qui louche !! Si Kelvin avait cette dégaine, bordel, ce serait dur de pas se foutre de sa gueule. Enfin ce soir, le gnoll qui louche, pas crédible pour un crédit, était très réconfortant et ramenait de la légèreté dans l'esprit du troll.
Cet esprit....jamais vraiment conçu pour autant d'activité au final. Le corps primait pour un troll. C'est comme ça qu'il l'avait toujours vu. Son clone de 18 ans avait toujours le même aspect si ce n'est les récentes modifications d'implants qui lui avaient redonné un peu de ligne, rien n'avait bougé. Vive le Cdc. Mais l'esprit lui, avait encaissé bientôt un demi siècle de vie en Imperium. Et là dedans, parfois, ça turbinait.
Entre les scènes où l'on ne voyait pas l'inspecteur gnoll et les flash de pubs, Agramf laissait ses souvenirs flotter dans son passé.

Il était soldat, ou sergent peut-être déjà quand Lilween avait débarqué au Militarium. Il y avait Saurus et Thathayel, et Baldog qui lui avait mit le grappin dessus, ou plutôt l'inverse peu être. Enfin, quelque soit l'ordre, Lilween était une dominante.
Ses souvenirs étaient imprécis. Si Imperator avait voulu une race aux capacités mémorielles optimales en créant les trolls, ça se saurait. Parfois ces carences en souvenirs l'énervaient, mais pas longtemps, le passé était le passé. Seul l'avenir comptait, puisque le passé, ben...c'était fini !
Il ne l'avait pas tant fréquenté au final durant sa vie. Simplement vu en elle un des premiers repères de ce qu'il deviendrait. Quelqu'un qui sait ce qu'il veut, et qui s'énerve quand il ne l'a pas. S'énerve d'une colère contrôlée surtout, pour obtenir des résultats, des victoires. Cette femelle orc ne se laissait pas marcher sur les pieds, et ça semblait quelque chose d'appréciable. On le sentait aussi dans la façon de se comporter des autres.
La vie a continué ensuite , elle a du quitter le mili, qui de toute façon a fermé un peu plus tard sous les ordres d'Elea. Agramf avait cryo une heptade, pour voir comment c'était, un peu résigné sur le coup. Huit ans de vie, 7 ans de Militarium, et bim, plus de Mili; ça vous casse la dynamique comme il faut ! Surtout quand durant les 6 dernières années, vous avez mis tous vos efforts pour passer du troll NI qui fait fuir les officiers tellement il comprend que dalle, qui ne sait même pas c'est quoi Imperator, que y a un Legatus..., à Sergent Militarium avec des collègues qui vous apprécient et heureux de son emploi.
La pensée du troll s'arrêta là un instant. Sur l'écran, le vieux gnoll louchant fit demi tour pour revenir sur ses pas et s'adresser à un vieux Kobold efféminé mais barbu et pour le moins louche d'apparence. " veuillez m'excuser, encore une ptite question"
Est-ce que au fond, la déception, la contrariété première de cette carrière shuntée par le gouvernement lui même n'avait pas été le marqueur premier de sa destinée ?! Par la même l'origine d'une rancœur indécrottable, la graine de la dissidence. C'était fort possible.
Et en même temps. Ce gouvernement là avait volé en éclats quelque années après, quand il eût trop tiré sur la manette de l'autoritarisme, au dépend de la communauté qui doit survivre. Du coup, dissidence ou pas dissidence ? Même Kelvin râlait encore sur Elea, comme si c'était hier.
Armacham l'avait accueilli, humblement, comme un NI puisque d'ignorant à l'activité commerciale. Les deux heptades chez Watari à la Sin 7 quand il était arrivé en ville, avant le mili, il ne s'en rappelait plus. De Watari bien, mais du travail. Pas du tout.
Comme tous éléments extérieurs à la corporation, et malgré tout, pas NI du tout, on lui avait laissé le temps. Accordé de l'attention, plus qu'au mili d'une certaine façon. Où était-ce que le cadre était plus, détendu peut-être ? Pas seulement. On l'avait chouchouté, et Oline lui avait apprit les valeurs de la corporation, la fidélité, l'importance de la hiérarchie mais aussi les valeurs d'Imperator et notre mission, qu'il ne connaissait au final, pas vraiment.
Elle avait fait en sorte que la méfiance pour ce gros troll potentiellement dangereux, brillant dans les yeux des Arma déjà dans les parages autour du troll, se transforme en bienveillance, puis en curiosité, et enfin en une lueur de confiance qui devint étincelante et qui ne s’éteignit jamais depuis.
La bouche d'Agramf se déforma en un sourire large, amusé.
La première rencontre avec Thorin, ça il s'en souvenait. Le PDG d'Armacham, qu'il ne connaissait pas du tout alors qu'il avait déjà tissé des liens de confiance avec Oline, et rencontré et découvert davantage Edden, Ianouf, Xaios, Chérachum, et aperçut N2CV. Thorin devait l'aider à commencer le bouclage de ses quinze derniers paliers martiaux.
Mais se présenter devant son supérieur de tout en haut, quand on fait deux fois sa taille et presque trois fois son poids, ben, de fait, c'est pas pratique. Le nain avait fait montre d'un sérieux très sérieux, genre " avec moi ça rigole pas trop le troll, avis !" et Agramf avait incliné la tête à tout bout de champ en disant "Oui monsieur, bien monsieur, vous n'aurez pas à douter de moua chef"
Intérieurement, il avait sourit déjà lors de cette rencontre car il voyait bien que le nain en rajoutait un peu, et pourtant, il ne savait pas si c'était du lard ou de l'écureuil et il ne fallait pas foirer cette nouvelle carrière.
Madame Ladoria, Kobolde parmi les Koboldes, Directrice du Service de Sécurité de la Corporation Armacham et gardienne de la pudeur en son sein inspectait les filiales avec la Vice Présidente Chérachum. Le simple pagne qu'Agramf portait à l'époque avait été remarqué, pas dans le bon sens du terme pour le coup, mais la fiabilité du troll si.
Le groupe fit alors l'honneur de nommer Agramf à la tête de cette instance. En réalité, à son arrivée dans la corpo et pendant la première décennie, Agramf avait pu constater que la corporation sortait d'une période de scission en son sein. Night, Arsenia, Swan et d'autres grands noms du secteur en avaient été membres par le passé. Il y avait des histoires de désaccords de gestion, de finance, le troll n'avait pas tous les éléments. Toujours est-il que les effectifs n'étaient pas si nombreux et surtout, pas formés au combat si ce n'est le chef, fort d'un palier martial 55 et d'une valeur guerrière qui n'était plus à prouver à la réserve entre autre. C'était un PDG guerrier, mais pour le reste tout était à faire. Et c'est ce que le troll décida d'entreprendre. Mettre en place une force de sécurité opérationnelle.
Pour cela, il n'y avait pas trente-six moyens. Entraînement obligatoire pour tout le monde même Chérachum qui y rechignait, n'y voyant pas l'intérêt puis-qu’à la moindre menace, formées ou non, cinq ou dix personnes rappliquaient pour mourir à sa place si il le fallait. Sans compter les mercenaires de l'ombre auquel - il l'apprendrait plus tard- elle avait recours parfois pour des contrats tout aussi ombragés.
Mais la responsabilité mise dans les mains du troll, patronne ou deckeur, petit ou grand, gras ou squelettique, ne souffrirait d'aucune faille. Le personnel devait se former de manière optimale, et encore plus si il appartenait au service sécu. Ce n'était pas optionnel.
Sur l'écran, deux humains encapuchonnés maintenaient fermement le clone d'un orc blessé. Un Elfe s'approchait et plantait dans le torse de celui-ci une dague énergétique. L'orc tombait au sol dans un râle de souffrance. L'elfe souriait. Les deux ombres quittaient la pièce derrière lui laissant l'orc se vider de son sang jusqu'à la cuve.

L'AMIG avait été en quelque sorte le test final au travail entrepris avec le service de sécurité.
Fort de ses récents cours sur l'Impérialisme, Agramf pouvait maintenant poser des mot sur les comportement qui avaient été les leurs durant cette période.
Le Loyalisme fût sacrifié, en même temps que notre routine et la quiétude du secteur Marran, au profit de l'Impérialisme. Les abus en haut lieu, les liens du général Ash avec la rébellion passaient encore même si on en cuvait. Mais pas ceux de la future Ambassadrice L-X avec le leader rebelle Lorkah , et encore moins quand ceux-ci furent couverts par le gouvernement, sa majeure partie du moins sous prétexte de "cadre SRI"
La corruption à un tel point, l'opacité de nos instances, n'étaient plus acceptables. Pas plus que pour eux, le dialogue proposé à ceux qui nous accusions. Ainsi, la prochaine arrestation tourna mal et un an et demi de crise sectorielle commença.
SMI était de la partie avec Gecko, Sue et Delkim. La vie de bunker et les missions nocturnes, les rassemblements des corporatistes dans nos bâtiments sécurisés, le ravitaillement indispensable, la poursuite des entraînements et enfin, la surveillance de l'ennemi, les tours de garde pour veiller sur nos protections contre leur tentatives d'intrusions, tout cela termina de forger le socle martial d'Armacham. La cohésion du groupe et de ses alliés faisait ses preuves.
Comme durant toute crise, le secteur est mis à l'épreuve et en pâtit. La reddition arriva enfin après la nomination d'un autre Ambassadeur, Czevak. Des tractations eurent lieu. La tête d'Armacham demanda une justice plus intransigeante envers la corruption et les trahisons du fait de fonctionnaires, principalement. Les résultats mirent du temps à se mettre en place, pour partie du moins, et L-X n'était plus là.
Seul Xaios décida de continuer la lutte et ce pendant douze années, à travers le Imperox comme il l’appela. En clin d’œil au Vox Imperium. Il imposa sa dissidence au secteur pendant toute cette période, jusqu'à se voir imposer le statut de rebelle. Un record en terme d'opposition individuelle qui occupa les instances impériales tout du long.
Agramf bu une gorgée qui acheva la bouteille de Skiwi, le générique de Colomgnoll se terminait, le programme enchaînait sur des réclames pour le télé-achat, Sydre aurait aimé. Le troll coupa le son, laissant les images défiler en silence. Une longue inspiration, une longue expiration.
•••
Le gouvernement...les gouvernements pouvait-on dire maintenant. Qu'avaient-ils fait depuis toutes ces années. Le traitement hostile envers Armacham, ok. La corpo était trop puissante. Aussi puissante que le gouvernement ? C'était tout comme.
Il était naturel de vouloir mordre cette menace potentielle, naturel mais pas normal.
Mais depuis quand les habitants du secteur Marran n'étaient-ils plus, tous, des impérialistes? Depuis quand fallait-ils prouver sa ferveur et en rendre compte devant les instances impériales ? A qui rendaient-ils compte eux ? Au peuple ? Non bien entendu. La dictature l’interdisait et c'était tant mieux. Mais le régime totalitaire de l'oligarchie en place - Agramf remerciait encore intérieurement les enseignements de Korskarn- grâce à l'intervention de Serveur Guard, avait maintenant achevé ce qu'il restait de légitimité, de crédibilité à son autorité. Terminé de bouffer la moelle de la structure de l'Empire.
Les fautes et abus des gouvernements successifs pouvaient remplir un livre si on les compilait.
Et l'Amig avait fait peur, laissé son empreinte dans les esprits. De l'incompréhension mais aussi de la compréhension, car qu'avaient-t-ils fait ces gouvernements successifs ?
S’entre-bouffer pour la place en haut, accumuler les trahisons au sein du secteur, la collusion, les vols massifs de crédits par centaines de millions. Crédits que la corporation leur fournissait chaque jour à la sueur de son front. Combien de cryo définitives, de destructions d'APM, de transfuges vers le secteur poubelle ? Combien de NI sans prise en charge, de modification abusive et intéressées des codex, de complot sous couvert d'action SRI ?
Non seulement les acteurs de ce passé n'avaient jamais eu à rendre compte de leur trahison envers l'humanité, se soumettant ou non au jugement de leurs successeurs pour sombrer dans l'oubli, la honte ou repartir à l’assaut de l'échelle de la méritocratie.
Echelle dont les barreaux étaient tellement tout pétés maintenant qu'il en fallait peu pour se replacer à sa tête ou à son pied car l'échelle ne permettait plus de monter nulle part. Tous ces fonctionnaires étaient regroupés à son pied, regardant vers le haut un nuage de smog dissimulant aussi bien l'image du Renavomen dans lequel Cirius dormait, que la vision qu'il avait eu pour l'Imperium.
Quand Armacham s'impliquait, elle émettait des critiques constructives en constatant les lacunes des rouages officiels du secteur. Elle était tout de suite dissidente. La remise en question était totalement absente.
Quand Armacham se retirait, l'Empire continuait sa lente dégringolade, démographique, financière, symbolique. Et malgré sa position de retrait, la corporation restait la source de tout les maux. C'était trop facile.
Le secteur périssait doucement. Et cela n'était pas acceptable. Notre vie, notre raison d'être, l'interdisaient.
La puissance du groupe, bâtie au fil de ces quatre dernières décennies n'était pas simplement le fruit d'efforts constants et de culture d'un ego toujours plus grand. C'était une responsabilité. Un outil, permettant de garantir la pérennité du secteur. Un socle stable en tous points et sa fonction n'était autre que celle-ci. Rappeler ce qu'était la ferveur, la foi, envers Sa vision.
Ils avaient peur d'un Amig deux.
Le troll fût prit d'un rire nerveux
Ce qui allait arriver ne serai pas un Amig, ce serai la fin de leur règne. La fin de la destruction de notre seul et unique cadre vie. Les destructeurs devraient enfin faire face à leur contradiction, aux paradoxes qu'ils posaient ligne après ligne dans nos codex, gribouillant sous l'emprise de la pulsion tel un kobold mâle accroché à la jambe d'un troll sous l'effet d'un aphrodisiaque chimique.
Ils se soumettraient à l'Ordre. Pas au codex, pas aux AR du CDO, pas à la loi mais bien à l'Ordre qui imposait à tous de respecter la seule direction possible. L'élévation du secteur. La mise en commun des compétences sous l'égide d'une véritable dictature hiérarchisée, à l'autorité légitime, à l'exemple crédible d'une noblesse exemplaire en tout point, présente, visible, donnant l'inspiration aux vivants du secteur.
La farce de l'égo, du privilège allait bel et bien prendre fin et l'opportunisme devrait quitter notre sainte terre. Finis les NI omniscients à la tête d'OI, finie l'exclusion systématique du privé. Un demi siècle de règne totalitaire allait prendre fin et redonner ses lettres noblesse à l'autorité.
Dès l'aube il déclencherait les hostilités. Les quartiers Armacham deviendraient autonomes. Le non respect de cette prise d'indépendance serait traité par la cuve. La marmite à ragoût déborderait de membre de clones si il le fallait. Le sang coulerait si la raison ne s'imposait pas d'elle même. La faiblesse serait achevée d'un coup de botte bien placé, séparant les vertèbres de la discorde instituée.
•••
Agramf se réveilla tout à coup, le front en sueur comme rarement, les mâchoires serrées à tel point que ses crocs grinçaient sous la pression. Un programme d'Ero-prod'holo passait sur l'écran de la télé. Un Gobelin à la peau gris pâle hideux faisait subir à une elfette d'un jour au teint rose quelques sévices sexuels, clé à molette en main. La victime souriait.
Le troll regarda le cycle puis consulta sur son silmerion la caméra de surveillance qui filmait la rue devant son logement. Le jour se levait.
Il profita un peu de spectacle de débauche diffusé, son regard de vache satanique satisfait par quelques pulsions primaires. Le gobelin se régalait, et l'elfette aussi.
Agramf éteignit le poste de télé et se laissa glisser dans son lit puis tira la couette sur son clone. Ferma les yeux.

L'Ordre régnait autour de lui, chaque jour. Qu'importe ce qu'il advenait au delà .
Le gobelin et l'elfette se régalaient !

Informations sur l'article

Moi
14 Janvier 2017
1049√  36 17

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • L1S14N3 (273☆) Le 14 Janvier 2017
    Etoile mise sans faire exprès en voulant cacher. Oui c'est la loose, je suis peut être la seule personne à étoiler sans faire exprès. u_u Meh bon, t'écris bien alors voilà. ^^
  • Delkim~54306 (15☆) Le 14 Janvier 2017
    Souvenirs souvenirs......
  • Cryx~52202 (647☆) Le 14 Janvier 2017
    gros article! aller nétoile gros groumf
  • Paloma (3☆) Le 14 Janvier 2017
    * Mais faut vraiment éteindre la télé la !
  • Jinta (875☆) Le 14 Janvier 2017
    Eh bien, ça en fait quelques "vieux" perso là dedans
    Sinon étoile, c'est toujours sympa de faire un article pour un perso délete smiley
  • Norah~50792 (402☆) Le 14 Janvier 2017
    Petit étoile de la mauvaise fille oubliée.
  • Laetitia~35211 (354☆) Le 14 Janvier 2017
    Quel plaisir de te lire... Même la longueur ne se ressent pas. Une partie de l'histoire émergeant de la tête du troll, le coté du peuple indissociable du reste et qui fait parti intégrante de l'Empire. J'aimerai pouvoir lire ce genre d'article plus souvent smiley
  • Skeelu (148☆) Le 14 Janvier 2017
    Dommage qu'on ne puisse pas mettre plus d'une étoile..
    ☆ !
  • Zlatows (27☆) Le 14 Janvier 2017
    L'AANIhilation date mais les bases ont été gardées... Pas une si mauvaise mémoire le troll smiley
  • Akasha (0☆) Le 14 Janvier 2017
    [Flashback *]
  • Tess (29☆) Le 15 Janvier 2017
    Je m’attarde rarement par ici, mais là je ne regrette pas le détour.
  • Johnny~65459 (241☆) Le 15 Janvier 2017
    Vraiment, faut pas le prendre mal hein? Mais Agramf ferait un putain de rebelle. Voilà.
  • N2CV (79☆) Le 15 Janvier 2017
    Pris dans la lecture! Passionnant et style excellent! Merci...
  • Ianouf~43673 (54☆) Le 18 Janvier 2017
    Une étoile de ma part aussi! Le vaut' ne pourra plus suivre tout ça, mais le joueur espère bien pouvoir. Merci pour cette lecture passionnante!
  • Masheran (258☆) Le 19 Janvier 2017
    Merci pour cette pièce d'histoire, qui a permis d'écrire l'Histoire de l'Imperium de la Troisième Ère... smiley