Recherche

EDC de Aellô

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Aellô

Cacher

Hysteria

Spoiler (Afficher)
Article HRP, ne peut être connu de vos personnages.


Est-ce un rêve..
Ça ne peut être qu'un rêve..
Un cauchemar..
Un cauchemar duquel elle devait se réveiller..

Nous savions que ça finirait par arriver..

N'est-ce pas Lô..

Les séquelles du burn-out te laissant dans une déréalité permanente.. tu ne pouvais que t'enfoncer davantage avec son retour.

Pour fuir les souvenirs d'un passé devenu trop proche, trop réels.. trop dangereux. Tu les sentais te tordre les viscères cogner contre la cage thoracique ; la rage de revivre ce qui n'est plus.

Le Tout ne pouvait rien contre ce monstre vide sorti du tertre duquel tu l'avais enfermé. Il a empli l'espace, avide, pour grignoter ton âme, sucer la moelle de tes os afin de se donner un semblant de consistance. Écartelée par le paradoxe de tes sentiments, tu te débâtais en pauvre pantin désarticulé afin de rassembler les morceaux.

Mains tremblantes, il t'a été impossible de faire passer le fil. Tu perdais pied, au fur et à mesure des heures , au fur et mesures des minutes.

Des situations et discussions à l'humour incertain, ils n'ont pas compris qu'ils t'achevaient un peu plus pendant que le monstre t'empêcher d'hurler, amasser dans ta gorge.

Et tu as fini par le voir dans le reflet du miroir, à t'observer de son regard terne. L'ambiance est devenue lourde, suffocante le temps d'un flottement, le temps qu'il t'a fallu pour lui sauter à la gorge et lui lacérer le visage à coup de serres.

Il devait mourir, disparaître et emporter avec lui toutes ses souffrances, tous ses souvenirs, toutes ses fausses espérances illusoires qui n'existent que dans ton esprit malade.

Mourir.. il devait mourir..

Ce n'est que lorsque il fut au sol, recouvert de sang que le carnage s'est arrêté.

Épuisée, à bout de souffle et la voix cassée par tes cris de haine, tu t'es ramassée sur toi même, en proie aux larmes et aux rires hystériques pour ensuite te balancer au rythme des secondes, en état de choc.

Une question s'était alors imposée, et la réponse était terrifiante.
Qui sommes-nous ?

Je.. je ne sais plus..


◊ Commentaires