Recherche

EDC de Aellô

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Aellô

Cacher

Chute, relève toi... Et crève encore.

Spoiler (Afficher)
ANNONCE N°51525 DE AELLÔ
A TOI, À VOUS, À NOUS... Article HRP




Pourquoi poursuivre, continuer à trébucher et ne pas simplement rester là, à attendre ?

Je ne le peux pas, tout simplement. Me traîner dans la fange, sans fierté aucune, évitant les jugements, mais ne pouvant y échapper. Je ne suis pas infaillible non plus... Au contraire.

L'Humanité est à l'instar de ses émotions, Merveille et Horreur.
Il faut accepter que les extrêmes sévissent, car c'est ainsi que nous sommes.

Qu'ils soient au quotidien, en fonction des individus ou des groupes qui nous entourent, notre rôle, nos manières d'agir et de penser, changent impactés par un ensemble de facteurs.

N'allons pas penser que tout soit perceptible et admettons que la majeure partie nous échappe.

Car il y a du merveilleux dans l'horreur et de l'innommable dans la plus pure des joies..

Une affaire de conscience avec soi.

Nos émotions et sentiments nous nuancent, ils créaient une multitude de reflets dont la Source prend naissance en sein du prisme qu'est notre âme.

Côtoyant de loin la brutalité de la vie en secteur rebelle, j'ai appris à Rêver, Aimer, ce que c'était que de partager, échanger, s’intéresser à l'individu pour ce qu'il est, pas pour ce qu'il montre. C'est tout ce que nous avons à offrir, ressentir le meilleur pour soi même et les autres, s'en enivrer et en oublier la réalité.

Je couche alors sur le papier mes déboires, mes faiblesses, mais aussi mes espoirs. Ils seront posés, hurlés, pleurés et seuls resteront ces mots, pour souvenir de nos maux.



Je relirais sans doute ces lignes un jour, et j'espère alors me dire avec fierté.. C'est moi, moi qui est vécue faisant route de mes convictions, trébuchants sur mes émotions, crevant sous mes propres afflictions.

On se flagelle, s'afflige des blessures pour extérioriser l'esprit, soulager l'âme.
Se crament les ailes au lance flammes.
On se détruit à coup de lames
Se démolie le corps.. le traîne encore et encore..
Les os se brisent, les uns après les autres
La dépouille nécrose et pourrit laissant derrière elle,
les viscères, les chairs et la peau.
Le reste s'écoule..
fluide...
comme de l'eau.

Il arrive à tout le monde de trébucher, de rencontrer des doutes, de ne pas supporter l'expérience vécue, écoutée, regardée. Tous ayant des limites propres à chacun. C'est à ceux qui ont les épaules solides de leur tendre la main.

Je ne crois pas aux miracles,

Je tente de les provoquer,

... Même si souvent ils s'échappent.



Aller de l'avant ne signifie pas aller à l'encontre de son cadre. On ne peut sauver tout le monde, être d'accord et sur la même longueur d'onde.
Là où certains trouveront du plaisir, d'autres trouveront du dégoût, personne n'est identique à une autre.

Nous sommes tous les fragments d'un même Rêve, celui de la Vie.

Il nous faut alors composer avec et non pas s'imposer.

On ne peut la détruire, celle-ci survivra quoiqu'il advienne, sous une autre forme, ailleurs.
Son souffle n'animent pas nos seuls corps.

Ce n'est pas à elle que nous faisons mal, c'est à notre propre pluriespèce.

Des rêveurs, des utopistes, des gens comme moi, il y en aura toujours, je ne suis en rien irremplaçable. Il suffit de compter les rêves brisés sur lesquels nous marchons.


Si j'avais une dernière chose à dire...



Aime, aime comme jamais je n'ai pu le faire toi qui liras ces lignes. Porte avec toi les Espoirs de tous, apporte leur les ressources et les besoins nécessaire à leur épanouissement. Ils ne savent pas, sont ignorants des innombrables facteurs qui composent la Vie.

Mourir le soir, pour mieux renaître demain.

On se tue, s'écorche, pour se rappeler ce que cela fait d'être vivant.

Il n'y avait rien à dire de toute façon, l'air avait un arrière goût de cendre et ça me suffisait ; je me suis retirée silencieuse, la mort dans l'âme, la fin d'un Nous inaccessible derrière sa porte dorée. Je n'avais pas su.. Encore...

Remontant ma capuche avant de passer la porte pour la dernière fois, la clef de mon âme jetée bien loin, le cœur arraché, qui sait..

Peut être qu'un jour quelqu'un prendra la peine de la trouver..




◊ Commentaires

  • Maexna (248☆) Le 14 Mai 2017
    Chut, relève toi... et Rêve encore.
    ♥ ★
  • Aellô (677☆) Le 14 Mai 2017
    💋 💕
  • Trïll (189☆) Le 14 Mai 2017
    Dommage qu'on peut plus faire de FWitems originaux.
    J'aurais fais deux fioles de liquides appelées "Espoir" et "Rêve".

    EDC cool, comme d'hab.
  • Aellô (677☆) Le 14 Mai 2017
    Han ♥ Ca peut toujours se mettre ailleurs !

    *prépare un lasso, histoire que le garnement ne s'échappe pas trop loin*
  • Trïll (189☆) Le 16 Mai 2017
    /me court très vite.
  • Aellô (677☆) Le 16 Mai 2017
    Marmonne.. - Scrogneugneu ! Sort le fouet des enfers pour le coup. - Reviens ici !
    Spoiler (Afficher)

  • Trïll (189☆) Le 16 Mai 2017
    /me court encore plus vite le cul enflammé !